Accoucher en France : les différentes possibilités

Suite aux différents témoignages recueillis (https://www.lafeedespetitspas.fr/dev/2021/03/07/temoignages-daccouchements-en-france/), je vous écris un article afin de vous informer sur les différentes possibilités d’accouchement en France. Pour rappel, cet article est à but informatif et en aucun cas à vous inciter à prendre des risques qui vous mettraient en danger vous ou votre bébé.

Selon la situation dans laquelle est la future maman, le bébé naîtra par voie basse (par le vagin) ou par césarienne.

En cas de césarienne, vous pouvez aussi être actrice (sauf en cas d’anesthésie générale) : pousser pour sortir bébé de votre ventre, baisse du champs opératoire…

Dans quel lieu ?

Il est possible d’accoucher en maternité privée ou publique, en plateau technique, en maison de naissance, à domicile (avec sage : AAD ou sans professionnel de santé : ANA), ou tout autre lieu comme dans la voiture en allant à la maternité par exemple.

Avec qui ?

Selon le lieu choisi pour votre accouchement, vous pourrez être accompagnée d’une ou plusieurs personnes.

Votre sage-femme, le papa, votre maman/belle-maman, votre soeur/belle-soeur, une doula, une amie, etc…

Vous avez le droit de choisir qui vous accompagnera dans ce moment.

Dans quelle position ?

La position dite gynécologique c’est-à-dire celle où la femme est allongée sur le dos, les pieds dans les étriers et à bonne hauteur de la sage-femme et/ou du médecin est la plus répandue.

Il est tout à fait possible d’accoucher sur le côté, debout, à 4 pattes, accroupie…

Il n’y a pas de conseils à donner pour la meilleure position d’accouchement.

La meilleure position pour accoucher sera celle que vous prendrez instinctivement le jour J.

Quelle anesthésie ?

On pense tout de suite à la péridurale mais il existe aussi la rachianesthésie et l’anesthésie générale (en cas de césarienne code rouge).

Libre à vous, lors de votre grossesse de choisir une anesthésie ou non.

Il existe aussi des méthodes naturelles comme l’homéopathie, l’acupression, l’hypnose, la réflexologie, la visualisation, la méditation etc… (la liste est longue !)

Je reviendrai sur ce sujet plus en détails avec un autre article.

Les droits :

Lorsque les femmes accouchent, elles ont des droits.

Droit de consentement libre et éclairé.

Droit d’être informée.

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000000227015/

Parce que des femmes ont très bien vécu leur accouchement, parce que d’autres femmes ont très mal vécu leur accouchement, il est important de s’informer afin d’être respectée pour ses choix, pour son corps, pour ses valeurs, pour ses émotions, pour son passé…

N’hésitez pas à lire des livres, des témoignages.

N’hésitez pas à vous faire accompagner pendant la grossesse par une sage-femme qui partage votre désir d’accouchement, par une doula, par des personnes qui croient en vous et votre projet d’accouchement.

N’hésitez pas à consulter des professionnels comme diététicienne, naturopathe, hypnothérapeute, ostéopathe spécialisé en périnatalité, sophrologue, praticien en shiatsu, psychologue etc…

(Si vous êtes du 37, je peux vous fournir des contacts de professionnels en qui j’ai confiance).

N’hésitez pas à rédiger votre projet de naissance que vous transmettrez à l’équipe médical avant le jour J (en cas de transfert ou même si vous avez prévu d’accoucher en maison de naissance ou en maternité). Ni vous, ni eux n’ont l’obligation de le respecter mais cela permettra d’échanger en amont sur ce qui est possible pour eux et sur ce que vous souhaitez ou non pour le jour J.

Si vous en ressentez le besoin faites appel à La Fée des petits pas pour des consultations d’accompagnement à la parentalité durant votre grossesse.

Et si votre accouchement ne s’est pas déroulé selon vos choix et que vous le vivez mal, ne restez pas seule ! En parler, c’est un premier pas pour se libérer.